Mondial 1938 : La Lettonie privée d’une Coupe du monde

À l’aube de la seconde guerre mondiale, la troisième édition de la Coupe du monde va réserver beaucoup de surprises. Avant même le début du tournoi un événement va venir bouleverser l’organisation. L’annexion de l’Autriche par l’Allemagne nazie va empêcher la sélection autrichienne de participer au Mondial. Une place vacante qui ne sera pas comblée par la FIFA. Pourtant la Lettonie pouvait légitimement prétendre au dernier siège. Entre Anschluss et raisons politiques, retour sur l’absence de la Lettonie au dernier Mondial d’avant-guerre.

Le 4 juin 1938, la troisième Coupe du monde se déroule en France. L’Allemagne démarre les hostilités avec un match nul contre la Suisse en huitième de finale. Le lendemain la suite du premier tour se poursuit normalement à l’exception d’un match qui n’aura pas lieu. En effet, la Suède se retrouve sans adversaire, et obtient une qualification sans jouer après le forfait de l’Autriche. Grande favorite de ce Mondial, la Wünderteam – surnom de la sélection autrichienne – emmenée par le brillant Matthias Sindelar ne pourra se rendre en France. Trois mois plus tôt, le 11 mars, l’armée allemande (la Wehrmacht) envahissait l’Autriche. Face à la passivité des grandes puissances européennes que sont la France et le Royaume-Uni, l’Allemagne dirigée par Adolf Hitler commence son projet d’expansion sur le vieux continent. Un événement qui provoque la disparition de la sélection autrichienne, forcée de rejoindre les rangs de la sélection allemande. Mais pourtant l’Autriche avait obtenu sa qualification plus d’un an auparavant. Placée dans le groupe 8 des qualifications européennes, la Wünderteam avait éliminé dans la difficulté la surprenante équipe de Lettonie.

Lire aussi : Les Indes orientales néerlandaises à la Coupe du monde

L’Anschluss prive l’Autriche du Mondial

Le parcours de l’Autriche dans les qualifications du Mondial 1938 ne devait être qu’une formalité. Avec seulement 22 équipes qui ont pris part aux éliminatoires, la Suisse, la Hongrie, et l’Autriche n’auront besoin que d’un match pour pouvoir obtenir un billet pour la France. Contrairement à la Hongrie qui ne va pas faire dans le détail face à la Grèce – victoire 11-1 – la Suisse et l’Autriche vont avoir plus de mal pour se qualifier. Les Helvètes se débarrasseront du Portugal, 2-1 malgré une réduction du score sur penalty du canonnier du Sporting Portugal, Fernando Peyroteo. L’Autriche ira chercher son billet à domicile, grâce à des réalisations de Camillo Jerusalem (15e) et Franz Binder (34e). En face la Lettonie aura cru un court instant à sa qualification après l’ouverture du score à la 6e minute de Ilja Vestermans. Solides et bien organisés, les Autrichiens tiendront leur avance jusqu’à la fin, remportant le match 2-1. Attendus comme les favoris, les Autrichiens étaient restés sur une demi-finale en 1934, perdue 1-0 face aux futurs champions du monde, l’Italie.

Agressions-Nazie - Au fil de LauweAu fil de Lauwe
Une carte de l’expansion allemande entre 1938 et 1939. | Crédit image : Lewepedagogique.com

Mais la politique va prendre le pas sur les ambitions sportives de la sélection autrichienne. Engluée dans un contexte géopolitique délétère sur le vieux continent, l’Autriche sera l’une des premières victimes de l’armée allemande. Confrontée à la montée en flèche et l’implantation du Deutsche Nationalsozialistische Arbeiterpartei – le Parti allemand national-socialiste du travail – l’Autriche va basculer aux mains des nazis en mars 1938. Le 12 mars les troupes allemandes franchissent la frontière autrichienne et annonce l’annexion de l’Autriche à l’Allemagne trois jours plus tard. C’est le début de la fin pour la génération dorée de la Wünderteam.

Orpheline de son mythique sélectionneur, le grand Hugo Meisl, décédé en 1937, la sélection autrichienne doit se résigner à déclarer forfait. Dans l’urgence la FIFA va essayer de trouver un remplaçant, après ce désistement contraint et forcé. Mais là encore la politique va être au cœur du jeu, au grand regret de la Lettonie.

Lire aussi : Match de Légende : Brésil-Pologne 1938

Une invitation politique

A quelques mois du début de la Coupe du monde, les dirigeants de la FIFA vont s’activer pour trouver la seizième équipe afin de compléter le tableau final. Une piste évidente aurait été d’inviter la Lettonie, éliminée par l’Autriche en qualification. Mais ce ne sera pas du goût de la FIFA qui va essayer de convaincre une grande puissance du ballon rond, ne proposant à aucun moment au pays balte de prendre part à la compétition. Défenseurs d’un football amateur et sûrs d’eux, les anglais estimaient qu’ils n’avaient pas à prendre part à des compétitions internationales pour prouver qu’ils étaient les meilleurs du monde. La tâche s’annonçait ardue pour la FIFA qui était envieuse de rallier l’Angleterre à son tournoi pour montrer son influence politique à travers le football. Le secrétaire de la FIFA, Ivo Schricker, passera plusieurs jours à Londres pour essayer de convaincre Stanley Rous, futur président de la FIFA et président de la fédération anglaise de l’époque. Mais malgré l’insistance de la FIFA, la fédération anglaise refusera catégoriquement de participer à la Coupe du monde. Un échec pour la FIFA qui avait vu dans le forfait de l’Autriche une occasion inespérée de faire du pied à l’Angleterre. Toujours invitée mais jamais partante, l’Angleterre ne participera à aucune édition jusqu’en 1950.

L’édition de 1938 se jouera à 15 équipes, voyant finalement le deuxième sacre de l’Italie face à la Hongrie. Malgré l’absence de plusieurs grandes nations du football, comme l’Angleterre, l’Autriche, ou l’Uruguay, championne du monde en 1930, la Lettonie qui avait une chance inédite de participer à la Coupe du monde restera à quai. Dominante sur la scène Baltique, remportant 4 éditions de la Coupe Baltique – un championnat annuel réunissant la Lettonie, l’Estonie et la Lituanie – entre 1928 et 1938, la Lettonie n’a pas eu le droit à une seconde chance en 1938. La Sarkanbaltsarkanie – le surnom imprononçable de la sélection lettone – prendra part de nouveau aux éliminatoires du Mondial pour l’édition de 1994. Une longue absence qui a pris fin après le retour à l’indépendance en 1990. Mais la Lettonie n’a pas eu l’occasion jusqu’à maintenant d’espérer pouvoir passer aussi proche d’une qualification que lors de la Coupe du monde 1938.

Crédit image :

Socceramerica.com

4 thoughts on “Mondial 1938 : La Lettonie privée d’une Coupe du monde

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.